feu de port sur la tête de la grande jetée

ou feu de la jetée des Sables,


* premier mai1827 : feu fixe blanc sur une potence en charpente,


* 1835 : feu fixe blanc sur une tourelle cylindrique en maçonnerie de 7,60m de hauteur autorisée par la D.M. du 11 avril 1834:

le feu de la Chaume par le feu de port donne alors la direction du chenal d'accès au port.


* décembre 1855 : nouveau feu fixe blanc,


* 30 mars 1906 : feu permanent,


* 16 octobre1912 : incandescence par le gaz de houille,


* 1925 : installation d'une sirène de brume pour remplacer une cloche insuffisante


* feu scintillant vert.

feu de la jetée Saint-Nicolas,

 


* 10 janvier 1911 : feu blanc à occultation toutes les 4 secondes sur une tourelle tronconique en maçonnerie de 12,50m de hauteur,


* 1939 : alimentation au propane,

feu à occultation toutes les 6 secondes,


* feu 2 éclats rouges ;
* feu scintillant ultra rapide.


feux d'alignement, passe du Sud-Ouest,
au 051°,


feu antérieur ou feu de l'Estacade,


* premier septembre 1874 : feu directionnel rouge sur une tour carrée de 7,40m de hauteur,
* 22 septembre 1914 : automatisation et incandescence par le gaz de houille,
* décembre1941 : électrification,
* 5 avril 1975 : feu à éclat rouge,
* 13 septembre 1975 : feu à occultation rouge, le feu est éteint après1982 et déplacé à 50m plus à l'Est sur un poteau métallique de 12m de hauteur ; nouvel alignement au 033°,
*feu isophase rouge allumé en permanence.

LA POTENCE-1965
LA POTENCE

feu postérieur ou feu de la Potence,


* premier septembre 1874 : feu directionnel rouge sur une tour carrée de 15m de hauteur, sur corps de logis.

Le sommet est modifié et exhaussé par une nouvelle lanterne est installée au sommet en 1965.


* 22 septembre 1914 : automatisation et incandescence par le gaz de houille,


* décembre 1941 : électrification,


* 5 avril 1975 : feu à éclat rouge,


* 13 septembre 1975 : feu à occultation rouge.

TOUR ARUNDEL

Feu de la Chaume, sur le fort de la Chaume ou tour d'Arundel


* un feu existait sur la tour prise en 1594 par les protestants mais ensuite l'allumage est très épisodique.

Un arrêté du conseil du roi rendu le 14 mars 1758 confirme une lettre patente de 1593 confirmant elle-même un droit plus ancien permettant au comte d'Olonne de percevoir certains droits pour l'entretien de ce fanal. Le feu n'est pas représenté sur un plan de 1703 mais par contre il est dessiné sur un autre de 1773. La tour est vendue comme bien national en 1794 mais utilisée par le servicee des phares qui établit au sommet de la vieille tour un petit édifice servant de fanal, construit par l'ingénieur Méquin.

En 1827-1828 l'ingénieur Plantier installe de nouveaux rélecteurs dans le fanal puis la tour est rachetée par l'État le 15 avril 1835.

La tour est entièrement restaurée en 1855 par les entrepreneur Touchard et Haguais (adjudication du 5 mai 1855).


* 16 octobre 1862 : feu fixe blanc,
* 1932 : électrification, feu blanc à occultations (2+1) toutes les 12 secondes.