Feux de Lorient
,


feu postérieur
sur l'église Saint-Louis,à 1760m et au 008° du précédent


* 10 septembre 1850 : feu fixe blanc sur le clocher à 35m de hauteur,
* 4 juin 1912 : nouveau feu lenticulaire et reforcement du feu établi sur une nouvelle plateforme ne béton armé construite par l'entreprise Eugène Lebrun de Nantes.


* 1926 : électrification du feu,
* avis du 10 décembre 1938 : le nouveau feu d'alignement est allumé à 290m en aval du feu de la Perrière, situé sur le pignon Nord-Est des halles du port de pêche sur un pylone métallique peint en blanc. Le feu de la Perrière devient un feu intermédiaire et le feu de Saint-Louis demeure le feu postérieur.
détruits en 1944,
* avis 2 janvier 1954: feu antérieur directionnel scintillant rouge sur les halles du port de pêche, un pylone métallique de 15m de hauteur,

Tourelle des Trois-Pierres,


* 4 janvier 1896 : feu permanent fixe à secteurs rouge et vert sur une rourelle octogonale enbéton armé de 11,90m de hauteur.

Le cuirassé d'escadre La Dévastation s'échoue en 1881 sur cet écueil dangereux et à fleur d'eau à l'entrée des passes d'accès au port de Lorient. La Marine nationale exige alors la construction d'un feu sur cette roche toujours immergée. Les travaux commencèrent en 1891 avec l'aide scaphandriers qui coulèrent un massif de fondation en béton dans des enceintes de sacs de ciment. Sur ce soubassement on établit la tourelle en 1894, une tour balise en béton en forme de tronc de cône octogonal. Les glaces de la lanterne sont détruites lors de la tempête des 4 et 5 décembre 1896. Il faut surélever cette tourelle pour lui éviter ce genre d'incident et les travaux d'exhaussement commencent durant l'été 1912,
* 15 août 1913 : feu fixe permament à secteurs rouge et vert, à l'incandescence par l'acétylène sur la tourelle exhaussée à 16,40m de hauteur.
La tourelle est fortement endommagée au cours de la Seconde Guerre mondiale et nécessite des travaux importants de rénovation au lendemain des hostilités,
* septembre 1960 : feu scintillant rouge et vert,
* 29 juillet 1977 : installation de l'aérogénérateur.

Feu de la jetée de Port-Louis, sur l'extrémité de la jetée,


*1866 : feu fixe rouge dans une guérite en bois,
* premier janvier 1907 : nouvel appareil, mêmes caractéristiques,
détruit en 1944,
* feu isophase vert sur une tourelle tronconique blanche en béton (type Morbihan).


Feu du débarcadère du port de Lorient, sur l'extrémité de l'appontement en charpente


* 1859 : feu fixe blanc dans une guérite en bois.le 23 septembre 1906 le vapeur Ville de Lille, capitaine Van Hille, de la Compagnie des Vapeurs du Nord heurte son ancre de bâbord contre le débarcadère et précipite la guérite à la mer.
* premier janvier 1907 : feu fixe rouge sur des montants en fer et cabane en tôle, peints en blanc,
* avis du 30 novembre 1927 : feu fixe rouge déplacé à 100m au Nord de l'extrémité Sud de l'estacade sur une tourelle en béton,
* feu 4 éclats toutes les 12 secondes, secteurs blanc et rouge.

Feux de Kernével, alignement d'accès au mouillage de Penmané,

feu postérieur, à 300m et au 215° du suivant


* 15 décembre 1877 : feu directionnel rouge en façade de la maison du gardien.


Les deux feux sont détruits en 1944, et reconstruits,
* 1950 : feux provisoires directionnels verts,
* novembre1960 : feu à 4 occultations rouges toutes les 12 secondes installé au sommet d'une tour carrée blanche surmontée d'une guérite en béton, peinte en rouge sur l'alignement, en pignon de la maison des gardiens à 300m et au 217° du premier. La maison et la tour ont été réalisées par l'entreprise Lucas de Lorient, soumission approuvée le 10 novembre 1958.
* feu directionnel scintillant rouge.


feu antérieur,


* 15 décembre 1877 : feu directionnel vert dans une cabane en tôle sur massif en maçonnerie

,* novembre1960 : feu à 4 occultations rouges toutes les 12 secondes installé sur un pylone métallique rouge de 9,10m de hauteur

LOHIC

feux de la passe occidentale ou de la grande passe,


feu antérieur, ou feu de Lohic au pied du bastion du fort de Port-Louis,


* 15 août 1854 : feu fixe blanc dans une maisonette en maçonnerie construite par voie de régie,
*15 septembre 1857 : feu fixe blanc déplacé toujours dans la maisonette,
* 1926 : électrification du feu,
* feu directionnel scintillant blanc.

PERRIÈRE

feux de la passe orientale

ou petite passe passe de Gâvres, aujourd'hui passe Sud,


feu antérieur sur le coteau de la Perrière
, à 50m en arrière du moulin de la Perrière,


* 10 septembre 1850 : feu fixe blanc,
* 15 août 1852 : feu fixe blanc sur une tourelle carrée en maçonnerie et corps de logis de 8m de hauteur,


en1888 la maison est surélevée d'un étage,
* 4 juin 1912 : nouveau feu lenticulaire et reforcement du feu


feu postérieur directionnel scintillant rouge

de la Perrière,

pylone métallique gris à 515m du précédent.

En juin 1957 les deux supports sont exhaussés de 3 mètres et le feu de l'église Saint-Louis est éteint.

KERBEL
KERBEL 2

feu postérieur, sur les hauteurs de Kerbel à 1670m au 061° du précédent;


* 15 août 1854 : feu fixe blanc dans la maison du gardien à la fenêtre donnant vers le large. Adjudication approuvée le 22 juin 1853 au profit du sieur Pierre-Joseph Daniel,


* 15 septembre 1857 : feu fixe blanc au sommet d'une tourelle cylindrique en pierres de taille de 15,30m de hauteur. Le 10 février 1900, le haut de la tour est détruit par la foudre et le 16 août 1900 le feu est rétabli.

En octobre 1909 le préfet maritime de Lorient transmet au Service des phares un rapport relatif à l'insuffisance de l'éclairage des passes de Lorient et demande le renforcement de l'alignement lumineux. La Commission des phares réunie le 19 mars 1910 admet le bien-fondé de la remarque et une décison ministérielle en date du 25 avril 1910 approuve le projet. Mais pour résoudre le problème il faut exhausser d'environ 20m la tour existante ce qui est impossible et il est nécessaire de construire une nouvelle tour. Celle-ci est analogue à celles des phares de Kerlédé à Saint-Nazaire et de Port-Maria à Quiberon mais au lieu d'être enchassée dans un soubassement elle est a ccolée au logement déjà existant


* 5 novembre1913 : feu fixe blanc sur une nouvelle tour construite près de la maison des gardiens, de 23m de hauteur en pierre de taille de granite de Pont-Aven. La lanterne est en béton armé surmontée d'une coupole recouverte d'un enduit de ciment et entourée d'un garde-corps également en béton armé.


* janvier 1930 : électrification du feu,
* feu directionnel scintillant blanc, éteint en août 1989.

KEROMAN

 

Feux de Kéroman, alignement au 353°, pour parer le banc du Turc en passant entre le danger et la côte,


feu antérieur,

* 15 décembre 1877 : feu directionnel vert dans une cabane en tôle sur massif en maçonnerie,


feu postérieur,

* 15 décembre 1877 : feu directionnel rouge en façade de la maison du gardien.


Les constructions du nouveau port de pêche masque les deux feux d'alignement. Ils sont remplacés par un nouvel alignement au 350°,


feu antérieur
,
sur le musoir du môle Sud-Ouest du nouveau port de pêche,

* 22 mars 1926 : feu directionnel vert dans une cabane en tôle sur massif en maçonnerie,


feu postérieur, sur le terre-plein Ouest du bassin long, à 188m du précédent,


* 22 mars 1926 : feu directionnel rouge sur le fait des halles et magasins des mareyeurs,
*29 mars 1927 : le feu est déplacé sur un pylone métallique de 9,50m de hauteur réalisé par la maison Bolo et Sédilleau de Nantes.


Les deux feux sont éteints lors de la construction de la base sous-marine et sont remplacés par un nouvel alignement,
* 27décembre 1941 : détruits lors des bombardements de 1943, et remplacé une nouvelle fois par l'alignement actuel,
*29 mars 1952 : les deux feux au 350° à 2 occultations rouges toutes les 6 secondes installés sur le toit de la base sous-marine.