Le programme général d'illumination de l'île n'avait pas été étudié en 1825 par Fresnel et de Rossel. Il faut attendre une loi du 14 mai 1837 pour que le ministère des Travaux publics s'intéresse d'un peu plus près aux demandes corses. Au printemps 1838 une commission débarque chargée de déterminer l'emplacement appproprié des cinq phares de premier ordre destiné à ceinturer l'île. Présidée par le Capitaine de vaisseau Decoffre elle s'embarque sur le petit vapeur la Chimère  et, après avoir contourné la Corse, prend la décision d'édifier le premier d'entre eux sur l'île des Sanguinaires et les quatre autres à Pertusato, la Chiappa à côté de Porto-Vecchio, la Giraglia au Nord de l'île et la Revellata à côté de Calvi. L'enquête s'achève en juin et les premiers chantiers commencent sans plus tarder dans des conditions très difficiles.


Phare de la Giraglia, sur le point culminant de l'îlot de la Giraglia,


*premier janvier 1848: feu de premier ordre à éclats blancs longs toutes les 30 secondes sur une tour cylindrique et soubassement en maçonnerie de pierres de taille de 22,20m de hauteur.

Les travaux de construction durent dix ans sur le petit îlot le plus septentrional de la Corse, passage obligé de tous les navires croisant entre le Nord de la Méditerranée et la mer Tyrrhénienne. Pour bâtir ce phare il faut tout faire venir de Bastia par bateau, débarquer les matériaux et les hommes dans des conditions pénibles puis hisser les marchandises à dos d'âne au sommet pour les apporter à pied d'oeuvre. Les plans du bâtiment sont dessinés par Léonce Reynaud.


* 10 septembre 1904 : feu à éclat toutes les 5 secondes.