DUNKERQUE DESSIN

 

Phare principal ou phare du Risban.


*1683 : feu sur le fort Vauban démoli en 1713, conséquence d'une clause de la désastreuse paix d'Utrecht,
* premier mai 1843 : feu de premier ordre installé au sommet d'une tour cylindrique en briques de 57 mètres de hauteur. L'approbation ministérielle du projet est signée le 5 novembre 1838 et l'adjudication est remportée par le sieur Bourdon et compagnie. Le bâtiment coûte 212 586 francs-or au total

. Allumé le premier mai 1843, feu à éclats longs de minute en minute.
* premier octobre 1885 alllumage du nouvel appareil, feu électrique, deux éclats blancs toutes les 7,5 secondes,
* 1985 : automatisation,
feu à 2 éclats blancs toutes les 10 secondes.

Feu de Leughenaer

installé sur la tour du même nom construite sur l'ordre de Charles Quint en 1548. Le bâtiment octogonal s'intégrait dans le dispositif général de défense de la ville. Prété par la municipalité à l'Administration des Ponts et Chaussées, il est exhaussé en1823 après adjudication du 31 mai 1822 (Lardé entrepreneur) afin d'accueillir le logement du gardien.
A 2200 mètres au Sud Est de l'entrée des jetées le feu fixe blanc est allumé le premier février 1825 de même qu'un autre petit feu fixe à l'extrémité de la jetée. Ils donnaient précisément l'alignement du chenal d'accès au port. Ces deux feux sont éteints le premier 1843, date de la mise en service du phare du Risban, puis rallumés le premier janvier 1845 à la demande des marins locaux : feu fixe blanc varié par des éclats rouges toutes les 3 minutes. La tour est remise à l'État le 20 juillet 1861.
En 1908 un nouvel appareil optique est monté dans la lanterne : feu directionnel au 141°, direction de l'ancienne entrée du port. Le feu est éteint en 1963.

Feu de la jetée de l'Est. Sur l'extrémité de la jetée.
* premier juin 1863 : feu fixe vert, au sommet de montants en fer accolés à une cabane en bois.
*15 novembre 1898 : feu permanent fixe et rouge au sommet d'une tourelle cylindrique en tôle peinte en jaune, à 8 m au dessus du sol.
* 1939 : à l'extrémité de la nouvelle jetée de l'Est, feu électrique rouge, 3 occultations toutes les 12 secondes.

Feu de la jetée de l'Ouest. Sur l'extrémité de la jetée.
*15 octobre 1819 : feu fixe blanc (alignement avec le Leughenaer) au sommet d'un échafaudage en bois.
* premier janvier 1851 : feu fixe rouge au sommet de montants en fer surmontant une cabane de bois.
* premier novembre 1878 : sur une tourelle en tôle peinte en jaune clair à 8,20m au dessus du sol. Feu "mixte" destiné non seulement à signaler l'extrémité de la jetée mais encore à faire connaître la nuit le sens du mouvement vertical de la marée et les hauteurs d'eau de 25 en 25 centimètres au dessus du zéro des cartes marines.Le feu est blanc varié par des éclats rouges pour signifier une hauteur d'un mètre et des éclats verts pour signifier une hauteur de 25cm. Le feu fixe blanc varié par deux éclats rouges et trois éclats verts signale 2,75m d'eau au dessus du zéro hydrographique.

 

Port Est, alignements à 185° et 179° au sommet de tubes métalliques pour les deux feux antérieurs et au sommet d'un pylone métallique de 30 mètres pour le feu postérieur. Allumé en 1976, avis aux navigateurs du 5 juin 1976.

Feu de la jetée Ouest ou feu de Saint-Pol.

Le port de Dunkerque est agrandi et de nouvelles jetées sont construites pour protéger les bassins.

A l'extrémité de la nouvelle jetée est établie une tour cylindrique en brique de 30m de hauteur.

Elle est l'oeuvre de Gustave Umbdenstock, architecte en chef du gouvernement et professeur à l'École polytechnique.


* 1939, feu blanc à occultations groupées (2 + 1) toutes les 12 secondes,


*1979 : automatisé, Louis Marcourt dernier gardien en poste..