Phare d'Antioche,

sur le rocher d'Antioche,

Une balise en fer à cinq branches construite par les sieurs Cotton, mécaniciens à la Rochelle, existait depuis 1858 sur cet écueil situé à l'extrémité Nord-Ouest de l'île d'Oléron mais elle était insuffisante pour la navigation de nuit. La chambre de commerce de la Rochelle réclamait depuis longtemps l'érection d'une tourelle allumée en ce lieu et surtout un signal sonore car la brume tombe vite.

La Commission des phares refuse de l'installer, comme demandé, auprès du phare de Chassiron car elle juge cet endoit trop éloigné des dangers. Il faut installer le signal sonore sur l'écueil d'Antioche mais la hune métallique en place ne peut porter un appareil aussi lourd. Il devient donc nécessaire de constuire une tour en maçonnerie.

Le 14 avril 1914 la Dm d'approbation est signée mais la guerre ajourne les travaux. En 1917 les crédits sont débloqués et le chantier est ouvert. On utilise d'ailleurs la vieille balise métallique noyée dans le béton et les moéllons pour servir d'ossature au phare.


Après bien des difficultés le feu est allumé au sommet de la dernière tour en mer construite sur les côtes de France selon les méthodes traditionnelles : ainsi le parement de la tour est en pierres de taille de calcaire de Saintonge. Au total il aura fallu neuf ans de travail et 495 000 francs pour construire ce bâtiment.

* 5 octobre1925 : feu fixe vert, feu permanent,
* octobre 1926 : essai d un signal de brume par canon à acétylène,
* 1938: alimenté au propane après l installation d un réservoir au sommet de la tour,
* novembre 1952 : feu scintillant blanc,
*octobre 1964 : inscription Antioche sur la partie de la tour dirigée vers le large,
* novembre 1966 : installation d un réservoir de propane de 2350 litres,
* 5 septembre 1978 : installation d un aérogénérateur,
* septembre 1981 : peinturage de la tour comme marque cardinal Nord du système international.

Retour liste alphabétique - accueil - situation géographique